« Les ateliers d’art-thérapie aident les personnes en fin de vie à se sentir vivantes jusqu’au bout », entretien avec Valérie Grondin

Valérie Grondin, peintre et art-thérapeute à la Maison Médicale Jeanne Garnier à Paris

 

Valérie Grondin est l’auteure d’un mémoire de recherche intitulé « La fenêtre : ouverture sur le vivant ». Réalisé en 2014, ce mémoire a été préparé dans le cadre de l’obtention du diplôme d’Art-Thérapeute de l’INECAT -Institut National d’Expression, de Création, d’Art et Thérapie. Dans le cadre de l’obtention du diplôme universitaire « Deuil et travail de deuil », elle a également soutenu en 2013 un mémoire ayant pour titre « L’accompagnement par la création des personnes en fin de vie et en deuil ».

 

Propos recueillis par Sophie Ferron, assistante-documentaliste au CNDR Soin Palliatif

 

Bonjour Valérie Grondin, nous vous remercions de cet entretien pour www.soin-palliatif.org. Pouvez-vous nous dire en quoi consiste votre métier d’art-thérapeute ?

 

L’art-thérapie est un accompagnement thérapeutique de personnes en difficultés psychiques, physiques, existentielles ou sociales à travers la production artistique telle que la peinture, par exemple. Pour la Fédération Française des Arts-Thérapeutes – FFAT, « l’art-thérapie est une pratique de soin fondée sur l’utilisation thérapeutique du processus de création artistique. »

 

Brigitte Gueyraud, art-thérapeute à l’hôpital Bretonneau en psycho-gériatrie, définit notre pratique en disant que « nous accompagnons une personne de façon à ce que la production artistique serve de pont entre le monde intérieur et la réalité extérieure ».

 

L’art-thérapie en soins palliatifs est un accompagnement très spécifique. Pour être art-thérapeute en soins palliatifs, il faut savoir composer avec les extrêmes. L’accompagnement peut se faire dans l’atelier d’art-thérapie ou dans la chambre, en une seule séance ou sur plusieurs semaines. La séance peut durer de cinq minutes à plus d’une heure, en fonction de l’autonomie de la personne et de sa fatigue. Il peut arriver qu’il n’y ait qu’une séance avec un patient, parfois plus.

 

C’est un accompagnement de la personne dans le « ici et maintenant », sans jamais savoir s’il y aura d’autres séances à suivre.

 

Comment le lien entre art-thérapie et soins palliatifs s’est-il fait pour vous ?

 

Pendant ma formation d’art-thérapeute, j’ai suivi en parallèle le diplôme universitaire « Deuil et travail de Deuil », sous la Direction d’Emmanuel Hirsch à l’Espace Ethique de Paris Sud. Pour valider ce DU, j’ai écrit un mémoire « L’accompagnement par la création des personnes en fin de vie et en deuil » en m’appuyant sur mes stages d’art-thérapeute en unité de soins palliatifs. En commençant mes formations, je savais que je voulais, à terme, accompagner les personnes en fin de vie. En tant qu’artiste, j’ai toujours ressenti le « pouvoir » de la création qui aide à se sentir vivant en se connectant à d’autres parties de soi-même, à exister autrement grâce à des sensations fortes et intenses. Les artistes ont souvent évoqué l’importance de la pratique de leur art à la fin de leur vie et témoigné sur ce qu’elle leur apportait. Cet apport peut se résumer en deux points : créer pour se sentir vivant jusqu’au bout et créer pour laisser une trace après sa mort.

 

Je reste convaincue que ces deux points ne doivent pas rester le privilège des artistes avec un grand « A ». J’accompagne les personnes en fin de vie à se mettre dans une posture de créateur, en faisant l’expérience de la création, en restant dans le plaisir, la découverte, l’émerveillement, en se laissant aller à se surprendre, en se connectant à des parties d’elles-mêmes inexplorées et inconnues.

 

Je peux dire aujourd’hui que les ateliers d’art-thérapie aident les personnes en fin de vie à se sentir vivantes jusqu’au bout.

 

Pouvez-vous nous expliquer la démarche que vous mettez en place avec les patients ? Qui sont les patients auprès desquels vous intervenez ?

 

Je dirais qu’il y a avant tout la nécessité de trouver une forme de justesse : pour entrer et sortir de la chambre, pour entrer en contact, dans la présence à l’autre, dans sa temporalité, dans ses silences, dans les consignes, dans l’accompagnement.

 

Le plus important est d’instaurer un climat de confiance et de détente en étant présent à l’autre sans idée préconçue. Je pars de la personne, de comment elle est et je lui propose de vivre une expérience artistique sans savoir à l’avance où nous allons. L’objectif n’est pas d’arriver à un résultat prédéfini en début de séance car le principe de l’art-thérapie, c’est d’accompagner la personne à partir de sa création.

 

Le point commun de toutes les personnes qui se mettent en posture de création, quel que soit leur état, c’est l’envie, la curiosité de découvrir quelque chose de nouveau ou alors de se reconnecter à la création, à des sensations oubliées.

 

Quelles techniques utilisez-vous ?

 

Je m’adapte en fonction de la personne et de ce qu’elle peut ou a envie de faire. Je propose alors de travailler avec la technique qui me semble la plus adaptée à la personne. J’utilise l’acrylique, la gouache, le fusain, les pastels gras ou secs, les feutres pinceaux, les matières comme le cuir, le tissu, le carton, la terre, le collage, etc. J’utilise le sable avec les personnes très affaiblies. Quelles que soient les techniques, c’est souvent l’occasion pour la personne malade de revenir aux sens, à ses sensations.

 

Exemples de productions réalisées avec différentes techniques dans l’atelier d’art-thérapie ou dans la chambre du malade

 

Travail de la couleur acrylique avec madame P. 72 ans

 

Fenêtre ouverte sur le collage et le monde de madame B. 74 ans

 

Association de techniques mixtes avec madame M. 93 ans : Pastels gras or et argent, collages de visuels, de morceaux de cuir et feutrine

 

Utilisation du fusain et des pastels secs pour monsieur B. 71 ans

 

Comment s’insère votre travail d’art-thérapeute au sein de l’équipe soignante ? Comment perçoit-elle votre intervention ?

 

L’équipe soignante, médecins, infirmières ou aides-soignantes m’informent des personnes, malades ou proches, qui pourraient être intéressées par l’art-thérapie. Nous étudions également le cas des personnes en grande souffrance psychique.

 

L’art-thérapie est une approche complémentaire de soin pour le confort du malade au même titre que l’orthophoniste, les psychologues,les kinésithérapeutes, les socio-esthéticiennes, les psychomotriciennes qui interviennent également à Jeanne Garnier. C’est un soin non médicamenteux qui s’intègre dans le parcours de soin des personnes en fin de vie.

 

Par exemple, le cas de madame L. démontre bien cette complémentarité des soins et cette interdisciplinarité. Les séances se passaient dans sa chambre. Madame L. était toujours très concentrée sur sa production, très silencieuse, avec peu de mots et peu de commentaires. Elle exprimait toutefois à la fin des séances l’envie d’accrocher ses productions. La psychologue qui suivait madame L. me racontait qu’elle utilisait les productions accrochées dans la chambre comme support aux séances, car madame L. exprimait le besoin de faire des commentaires avec des images qui émergeaient. Les productions étaient le tiers, support des séances avec la psychologue.

 

Quels bénéfices de l’art-thérapie avez-vous pu constater pour les patients ? Avez-vous eu des retours des proches également ?

 

Il y a avant tout la parole des patients, leurs mots. Par exemple, madame M. : « Vous savez, on vient ici pour mourir, mais en faisant ça - elle montre ses dessins -, vous nous donnez  la vie ». Ou encore le témoignage de madame J. : « Je n’aurais jamais imaginé faire ça à ce moment de ma vie, ça me donne envie de vivre ».

 

Il y a aussi le témoignage des proches. Par exemple, madame L. est venue le lundi à l’atelier pour sa séance d’art-thérapie après deux détresses respiratoires dans le week-end. Sursaut de vie, bouffée d’oxygène après des moments « compliqués » comme elle me l’expliquait l’air de rien. Le plaisir de découvrir des nouvelles techniques, de se perdre dans les couleurs était plus fort que sa maladie. Elle est tombée dans le coma le lundi soir et est décédée le vendredi après-midi. Sa nièce et sa sœur sont venues me voir pour me dire que la dernière grande joie dans la vie de madame L. avait été sa séance d’art-thérapie. « Ça a été son dernier grand bonheur. Elle nous en parlait à chaque fois et elle était toujours très fière de montrer ses productions. On a mis un de ses derniers dessins sur elle, dans son lit. ».

 

Ces séances aident les patients à se sentir vivants jusqu’à la fin, à se sentir exister autrement : exister avec la couleur, les matières, les traits, la production qui devient un tiers visible, que l’on montre, que l’on donne à voir en les accrochant sur le mur de la chambre. Ces créations montrent ainsi autre chose que la maladie. Elle devient un support de discussion, de partage.