« Le Fonds pour les soins palliatifs : un accélérateur et un facilitateur dans l’accès aux soins palliatifs », entretien avec le Dr Gilbert Desfosses

Dr Gilbert Desfosses, président du Fonds pour les soins palliatifs

 

Le Fonds pour les soins palliatifs vient de fêter son cinquième anniversaire.

C'est l'occasion de faire un bilan de son action avec le docteur Gilbert Desfosses, son président. C’est également l’occasion pour le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie, de remercier le Fonds pour les soins palliatifs de son soutien au développement de sa plateforme interactive d’information et de référence.

 

Propos recueillis par Delphine Doré-Pautonnier, responsable de l’information des publics et de la communication au Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

 

Dr Gilbert Desfosses, bonjour. Merci de cet entretien pour www.soin-palliatif.org. Le Fonds pour les soins palliatifs vient de fêter ses 5 ans. A cette occasion, pourriez-vous nous rappeler les missions du Fonds ? En quoi ont-elles évolué depuis sa création ?

 

La mission première du Fonds pour les soins palliatifs est de soutenir et de mener toute action contribuant au développement des soins palliatifs, à l’amélioration de la qualité de vie des personnes malades et de leurs proches.

 

Pour ce faire, le Fonds pour les soins palliatifs soutient et accompagne de manière personnalisée des projets innovants reçus de structures hospitalières, de réseaux de soins palliatifs, d’établissements médico-sociaux, d’associations. Ces projets entrent bien sûr dans un de nos quatre programmes d’action : l’information du grand public et des professionnels de santé, les travaux de recherche, les approches non médicamenteuses, le développement de services numériques.

 

La sélection rigoureuse des projets est guidée par trois principes forts : innovation, déclinaison possible à plus grande échelle, développement et résultats suivis par le Fonds pour les soins palliatifs, seul responsable à l’égard des partenaires qui lui font confiance.

 

La mission du Fonds pour les soins palliatifs, ou plutôt sa compréhension, a évolué dans le sens où un partenariat fort s’est noué aussi bien avec nos porteurs de projets qu’avec nos partenaires. Le Fonds pour les soins palliatifs est devenu un accélérateur et un facilitateur dans l’accès aux soins palliatifs.

 

Quels sont les partenariats que vous avez noués pour valoriser ces projets ? Avez-vous observé des évolutions dans la manière dont les partenaires et mécènes se représentent les questions de soins palliatifs et de fin de vie depuis la création du Fonds ?

 

Le Fonds pour les soins palliatifs travaille en collaboration étroite avec des entreprises, des fondations, des fonds de dotation de secteurs différents, et des donateurs particuliers. Parce qu’il assure un suivi régulier des projets, garantit à ses donateurs la bonne utilisation des dons alloués et leur adresse régulièrement des bilans complets, techniques et financiers, il a su développer des partenariats durables.

 

Nos partenaires ont bien compris que le Fonds pour les soins palliatifs propose une déclinaison innovante de la solidarité, de l’entraide et s’inscrit dans une démarche sociétale. Et ils sont de plus en plus nombreux à nous rejoindre dans cette démarche.

 

Je crois que les acteurs de soins palliatifs ont parcouru un petit chemin en matière de sensibilisation et d’information sur la question des soins palliatifs et de l’accompagnement de la fin de vie en France. Aujourd’hui, nous communiquons mieux et davantage. Les médias nous donnent une plus grande place. Néanmoins, nous ne devons pas baisser la garde. Au contraire, nous devons être davantage présents sur le terrain et déployer notre communication avec des outils simples d’accès comme le film « le temps qu’il nous reste à vivre » de la Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs et la plateforme interactive d’information du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie.

 

Parler des soins palliatifs et de la fin de vie restera toujours complexe car ce sujet nous ramène tous à notre propre finitude et ce n’est pas simple de la regarder en face.

 

Comment envisagez-vous le développement du Fonds pour les soins palliatifs dans les 5 prochaines années ?

 

En cinq ans, le Fonds pour les soins palliatifs a su rassembler et valoriser les compétences de nombreux acteurs engagés en soins palliatifs, stimuler des innovations, soutenir et suivre la mise en œuvre de nombreux projets émanant de structures engagées dans les soins palliatifs : 120 projets,  54 sélectionnés et 43 soutenus. Ces cinq années ont amorcé un changement d’échelle qui, pour être réalisé, nécessite 5 axes ambitieux dans le développement du Fonds pour les soins palliatifs :

 

  • consolider nos partenariats actuels et rechercher de nouveaux partenaires, notamment à l’étranger, dans tous les secteurs d’activité

 

  • assurer la déclinaison des projets de soins palliatifs dans d’autres structures, favorisant un plus grand maillage territorial ;

 

  • proposer aux entreprises des outils pour communiquer en interne sur les soins palliatifs et sur l’accompagnement des proches ;

 

  • soutenir un plus grand nombre de projets pour le domicile et les EHPAD ;

 

  • travailler en étroite collaboration avec la banque Meeschaert à la création d’un fonds commun de placement. Ce projet audacieux permettra d’assurer un revenu régulier pour financer et accompagner des projets innovants mais qui ne répondent pas forcément aux politiques d’investissement de nos partenaires.

 

Pour en savoir plus sur le Fonds pour les soins palliatifs : www.fondssoinspalliatifs.fr

 

Pour accéder aux appels à projet : www.fondssoinspalliatifs.fr/appel-a-projet