Les fausses routes

Pour vous aider au quotidien, que vous soyez la personne malade ou l’un de ses proches, ces conseils pratiques sont faits pour vous. Vous pouvez choisir ceux qui vous conviennent le mieux. Vous pouvez également en discuter entre vous.

 

"Que ton aliment soit ta seule médecine" - Hippocrate, 460-370 av. J.-C.

 

Quelques repères

 

Une fausse route se définit comme « un accident dû à l'inhalation dans les voies aériennes, de liquide ou de particules alimentaires normalement destinés à l'œsophage »[1]. Elle représente un des troubles de la déglutition.

 

Dans le langage courant, on dit souvent « il ou elle s’étrangle ». Une toux survenant au cours du repas peut être un des signes de fausse route.

 

On parle de trouble de la déglutition, à partir du moment où l'on fait des fausses routes à répétition, ou lorsque, on s'étrangle en avalant de façon répétée. Un épisode unique et isolé ne suffit pas pour dire qu'il y a trouble de la déglutition.

 

Les causes de l’apparition de troubles de la déglutition sont nombreuses. Elles peuvent être dues à :

 

  • des maladies infectieuses (mycoses, oesophagites, etc.)
  • des causes structurelles (tumeurs, édentation, prothèses dentaires mal adaptées, etc.)
  • des maladies neurologiques (séquelles d’accident vasculaire cérébral, maladies dégénératives, musculaires, etc.)
  • une dégradation de l’état général.

 

Les fausses routes peuvent être à l’origine d’importants troubles, en particulier pulmonaires (infections) et respiratoires.

 

L’importance d’en parler avec le médecin et/ou à un professionnel de santé 

 

Si vous remarquez une fréquence en hausse de ces fausses routes, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

 

Il sera en mesure de diagnostiquer l’origine du problème et de prescrire les éventuels moyens à mettre en place pour en réduire le risque.

 

Il est également important d’alerter les intervenants du domicile, notamment ceux qui aident la personne à boire ou à manger, afin d’éveiller leur vigilance sur cette manifestation.

 

Lors d’une fausse route, si votre proche continue à avoir du mal à respirer, il est indispensable de contacter le médecin ou le Samu (le 15). En attendant leur arrivée, restez de préférence aux côtés de votre proche pour le rassurer et lui parler calmement.

 

Quelques conseils pour éviter les fausses routes

 

Au quotidien, des gestes simples peuvent être mis en place pour limiter les fausses routes de votre proche :

 

Veiller régulièrement à son hygiène bucco-dentaire

 

Installer la personne malade dans une posture adaptée au cours du repas 

 

  • La première précaution à prendre avant chaque absorption de liquide ou de solide par votre proche est de l’installer en position assise ou semi-assise.
  • Etre vigilant à ce que la personne ait la tête inclinée vers l’avant. Par exemple, si vous donnez à manger à une personne souffrant de troubles de la déglutition ou sujette à des fausses routes, assurez-vous de vous positionner un peu plus bas qu’elle, afin qu’elle incline automatiquement la tête vers l’avant.

 

Favoriser un environnement calme au moment de la prise des repas et ne pas solliciter votre proche - par des questions par exemple -

 

Adapter son alimentation et la manière d’avaler 

 

  • Servir les plats froids ou chauds, plutôt que des plats tièdes ;

 

  • Favoriser des aliments faciles à mastiquer, les mets à texture lisse et uniforme, tels que les purées de légumes, les potages épais, les veloutés, les œufs, les yaourts, les fromages à pâte molle, les flans, etc.

 

  • Supprimer les aliments contenant des petits morceaux, tels que le riz, les petits pois, etc.

 

  •  Eviter les aliments secs qui s’émiettent facilement, tels que les biscottes, les biscuits secs, etc.

 

  • Servir des boissons froides ou chaudes (jamais de boissons tièdes), aromatisées ou pétillantes ;

 

  • Servir de l’eau gélifiée ou des boissons épaissies.

 

  • Boire et manger par petites quantités ;

 

  • Vérifier que la bouche est bien vidée toutes les 4 à 5 bouchées.

 

  • Outre l’utilisation d’une paille ou d’une cuillère pour boire en petite quantité et penché vers l’avant, il existe dans le commerce des verres à encoche nasale réduisant le risque de fausse route.

 

Gobelet ergonomique avec découpe pour le nez

 

Idée reçue : « Émietter une biscotte ou un gâteau dans le thé ou toute autre boisson pour le ramollir permet de faciliter la déglutition.»

FAUX : Les miettes dans du liquide peuvent justement être à l'origine d'une fausse route. Il convient d’éviter les textures mixtes.

 

Vous pouvez épaissir vous-même les boissons de votre proche selon ses goûts.

 

Recette de l’eau sous forme de gelée 

  • 1 litre d’eau
  • 165 grammes de gelée de framboise (ou autre)
  • 3 à 4 feuilles de gélatine
  • bien délayer, faire épaissir à feu doux et verser dans des barquettes
  • à conserver au réfrigérateur
  • une barquette de 125 grammes apporte 125 millilitres d’eau.

 


[1] Dictionnaire de français Larousse