La communication

« En chaque sens sont les 5 autres » Juan Ramon Jimenez1

 

Pour vous aider au quotidien, que vous soyez la personne malade ou l’un de ses proches, ces conseils pratiques sont faits pour vous. Vous pouvez choisir ceux qui vous conviennent le mieux. Vous pouvez également en discuter entre vous.

 

Quelques repères

 

Lors d’une maladie grave, d’une maladie chronique au stade avancé, d’un handicap ou de l’avancée vers le grand âge, parler peut devenir plus difficile, voire impossible.

Ces troubles de la communication peuvent engendrer un malaise, voire de la frustration chez les différentes personnes concernées. Cela peut provoquer différentes émotions : crainte, anxiété, colère et repli sur soi.

 

Communiquer est d’autant plus aisé que les besoins de silence et de solitude du malade ont été respectés.

 

Quelques conseils quand la parole devient difficile

 

  • Garder une bouche humide et fraîche :

              - Boire régulièrement ou prendre de l’eau gélifiée.

- Si boire n’est plus possible, humidifier la bouche avec un spray d’eau ou une compresse humidifiée.

 

  • Adapter la manière de communiquer :

- Laisser le temps de s’exprimer.

- Faire des phrases simples et courtes.

- Enoncer une idée à la fois.

- Ne pas finir les phrases à la place de l’autre.

- Reformuler les propos si nécessaire pour être sûr(e) de les avoir bien compris.

- Accepter que la personne malade utilise sa langue maternelle et essayer de trouver quelqu’un qui puisse traduire ses propos.

 

  • Favoriser un environnement calme.

 

  • Rester en lien avec l’équipe soignante pour lui signaler une éventuelle apparition de nouveaux symptômes.

 

Quelques conseils quand la parole fait défaut

 

  • Trouver de nouvelles manières de communiquer :

- Utiliser tous les modes de communication - dessin, écriture, gestes, etc.

- Utiliser une ardoise, une tablette, un ordinateur.

 

  • Etre attentif aux gestes et attitudes

- Un hochement de tête, un battement de cils pour signifier un accord,

- Un signe de la main pour dire au revoir,

- Une caresse pour manifester ses sentiments,

- Des mimiques et des grimaces pour exprimer une joie, une douleur, une insatisfaction, un sentiment de bien-être.

 

  • Décoder les mouvements du corps

Chaque mouvement - bras croisés, corps rétracté ou détendu ; clin d’œil, regard fixe, sourires, etc. – peut donner des informations sur le confort ou l’inconfort de la personne malade. Ils peuvent aussi renforcer les messages.

 

  • Comprendre ce qu’expriment les silences : colère, besoin d’un temps de réflexion, incompréhension, impossibilité d’exprimer ses émotions, volonté de s’isoler, etc.

 

  • Etre présent auprès du malade : lui tenir compagnie, partager des souvenirs, des situations vécues ; respecter les silences tout en étant attentif à tous les signes émis.

 

1 Citation extraite de ses cahiers écrits entre 1925 et 1935.